La CIBE (1) a décidé de monter au créneau, s’inquiétant de « l’inaction trop longue de la Commission européenne et des États membres ». Elle regrette qu’aucune mesure concrète n’ait été adoptée alors que, depuis deux ans, de fortes turbulences secouent le secteur du sucre. Des mesures qui auraient pu « contribuer à une reprise ».
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
44%

Vous avez parcouru 44% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !