Le prix du blé s’est replié « après une flambée provoquée principalement par la détérioration des perspectives de récoltes en Argentine et en Australie », a remarqué Michaela Kuhl, de la Commerzbank. Il avait notamment clôturé vendredi au-dessus de la barre des 5,30 dollars le boisseau pour la première fois depuis la fin de juin.

Des investisseurs dans l’attente

Du côté du maïs et du soja, « les volumes sont restés légers », a souligné Brian Hoops de Midwest Market Solutions. Les investisseurs attendaient, selon lui, la publication après la clôture du rapport hebdomadaire du ministère américain de l’Agriculture sur l’avancée des moissons et la qualité de la production.

Selon les estimations de Midwest Market Solutions, le maïs serait récolté à hauteur de 33 % et le soja à hauteur de 38 %, « ce qui est très en retard par rapport au rythme moyen », souligne Brian Hoops. Après des semis tardifs au printemps en raison de pluies abondantes, les moissons ont été freinées par des conditions météorologiques défavorables.

Le rapport sur les cargaisons envoyées à l’étranger diffusé lundi au début de la séance « n’a pas suscité d’enthousiasme » avec des chiffres conformes aux prévisions, remarque l’expert.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé lundi à 3,8725 dollars, contre 3,9100 dollars vendredi (–0,96 %).

Le boisseau de blé pour livraison en décembre, le plus actif, a fini à 5,2350 dollars, contre 5,3225 dollars à la précédente clôture (–1,64 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, s’est établi à 9,3325 dollars, contre 9,3400 dollars vendredi (–0,08 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en léger recul, après un appel d’offres infructueux pour les épis français

Les prix du blé français étaient en léger recul vendredi à la mi-journée, au lendemain d’un appel d’offres de l’Égypte lors duquel la France n’a pas été retenue.