Le boisseau de blé pour livraison en mai, le plus échangé actuellement, a reculé de 1,27 %, terminant à 4,4725 dollars contre 4,5300 dollars à la précédente clôture. Il s’était apprécié de 5,72 % mardi, grâce notamment aux achats de couverture de paris à la baisse effectués par des fonds spéculatifs, selon plusieurs observateurs.

Pas d’éléments haussiers

Mercredi, « il s’agit tout simplement d’un nouveau repli faute de nouvel élément fondamental justifiant de faire monter les prix », a estimé Jason Britt, de la maison de courtage Central States Commodities.

Du côté du maïs et du soja, « on n’a pas vraiment de nouvelles informations concrètes mais on entend dire çà et là que les négociations avec la Chine avancent », a remarqué Jason Britt. « Il y a un optimisme diffus sur le marché sur la possibilité de parvenir à un compromis quelconque qui permettrait au passage quelques commandes de soja, de maïs ou même de blé en provenance de Chine », a-t-il relevé.

Discussions toujours en cours avec la Chine

Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, a notamment « espéré » mardi lors d’une audience parlementaire être « dans les dernières semaines de discussion » avec ses homologues chinois. Mais il a aussi réitéré la volonté de Washington de conserver la menace d’infliger des droits de douane même après la conclusion d’un accord commercial.

Mercredi, après la clôture des marchés agricoles, le président américain, Donald Trump, a aussi souligné qu’il n’était « pas pressé du tout » de parvenir à un texte officiel si ce dernier n’était pas satisfaisant.

Des nouvelles pour l’éthanol

Même si l’information n’avait pas immédiatement d’impact sur les cours, les acteurs du marché ont aussi été sensibles à l’annonce, mardi soir, par l’agence de protection de l’environnement américaine d’une proposition visant à autoriser la vente de carburant contenant jusqu’à 15 % d’éthanol (E15) toute l’année.

L’utilisation du E15 est actuellement interdite en été aux États-Unis pour éviter l’émission de particules polluantes sous des températures élevées. Mais si son utilisation s’étend, cela pourrait doper l’utilisation de maïs. La mesure n’est toutefois pas encore garantie.

« Si les producteurs de maïs et d’éthanol espèrent voir leurs ventes progresser, l’industrie pétrolière n’est pas contente », ont souligné les analystes de la Commerzbank. « Les associations environnementales mettent en garde contre une augmentation de la production de maïs, qui participerait à leurs yeux encore plus à la perte de biodiversité et à la pollution des cours d’eau », ont-ils ajouté.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, contrat le plus échangé, a fini à 3,6650 dollars, contre 3,6575 dollars mardi.

Le boisseau de soja pour livraison en mai, également le plus échangé, a clôturé à 9,0100 dollars, contre 8,9700 dollars la veille.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Légère hausse dans un contexte confus

L’administration d’une aide d’urgence aux farmers américains et les estimations de récolte russes ont joué sur les cours des céréales ce vendredi. Ils étaient en légère hausse en fin de journée.