Dans son rapport mensuel sur l’offre et la demande de produits agricoles dans le monde (Vaste), le ministère américain de l’Agriculture (USDA) a diminué de près d’un million de tonnes (Mt), à 26,5 Mt, ses projections pour les stocks américains de blé.

Des exportations en avance

« Le ministère a reconnu que les exportations de blé étaient en avance par rapport à ce qui avait été estimé en novembre. Les estimations pour les importations de blé ont également été abaissées », détaille Riche Nelson, de la maison de courtage Glendale.

Au niveau global, les principaux exportateurs de blé se sont vu retrancher 200 000 tonnes, à 33,4 Mt, avec des révisions à la baisse plus importantes en Argentine et en Australie, deux pays touchés par de graves sécheresses.

Statu quo pour le maïs et le soja

Les prévisions pour les stocks et la production de maïs et de soja aux États-Unis n’ont-elles pas été modifiées. L’oléagineux a toutefois profité mardi d’informations de presse selon lesquelles Pékin aurait passé de nouvelles commandes aux États-Unis.

« Le soja a commencé la semaine avec des nouvelles optimistes sur les importations vers la Chine », indique Richard Plackemeier, de CHS Hedging. Le maïs a, quant à lui, un peu progressé dans un marché calme.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, le plus échangé, a terminé mardi à 3,7700 dollars, contre 3,7575 dollars lundi (+0,33 %).

Le boisseau de blé pour livraison en mars, le plus actif, a fini à 5,2375 dollars, contre 5,2275 dollars à la précédente clôture (+0,19 %).

Le boisseau de soja pour livraison en janvier, le plus échangé, s’est établi à 9,0125 dollars, contre 8,9725 dollars la veille (+0,45 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé dans le rouge malgré la demande

Les cours du blé étaient à la baisse mercredi en fin d’après-midi, malgré une demande mondiale dynamique. Les blocages contre la réforme des retraites ont repris ce jour dans les ports français.