« En considérant l’ensemble des points de vente, les prix des produits de grande consommation accélèrent de nouveau à +1,7 % sur un an. Cette hausse est la plus importante depuis octobre 2012 », souligne l’Insee. Le relèvement de 10 % du seuil de revente à perte (SRP), décidé par la loi Alimentation et effectif depuis le 1er février, pourrait expliquer cette tendance.

Les prix de l’alimentation accélèrent

« Simultanément à l’entrée en vigueur de la loi Agriculture et Alimentation, les prix de l’alimentation (hors produits frais) augmentent plus fortement que le mois précédent : +0,5 % après +0,1 %. Sur un an, ils continuent d’accélérer : +1,9 % après +1,5 % ». « Leur croissance provient d’une nette accélération des prix des viandes et des boissons et, dans une moindre mesure, de ceux des autres produits alimentaires », analyse encore l’Insee.

En revanche, les prix des produits d’entretien et d’hygiène-beauté vendus en février en grande distribution ont légèrement reculé (-0,1 %) après s’être montrés stables en janvier. Cette catégorie ne rentre pas dans le cadre du relèvement du SRP imposé par la loi Alimentation destinée à revaloriser le revenu des agriculteurs.

Les effets du relèvement du seuil de revente à perte

Cette loi, entrée en vigueur en trois étapes, doit entraîner des hausses de tarifs sur 4 % des produits de grande consommation et des produits « d’appel » – comme le Nutella ou le Coca-Cola – que les distributeurs doivent désormais vendre à des prix supérieurs d’au moins 10 % aux tarifs auxquels ils les ont achetés.

« Dans les autres formes de vente, les prix des produits de grande consommation augmentent de nouveau et de manière plus marquée que dans la grande distribution : +2,5 % sur un an en février. Il s’agit de la plus forte hausse depuis décembre 2012 », poursuit l’Insee.

AFP