« D’après les premiers éléments, on sait que l’incendie n’est pas d’origine accidentelle », confirme le lieutenant-colonel Quenehervé, de la gendarmerie de Tulle. C’est donc un acte de malveillance, qui a conduit à la destruction complète ou partielle de neuf engins de chantier présents sur le site du projet de serres de tomates de trois agriculteurs corréziens.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
23%

Vous avez parcouru 23% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !