« En grandes cultures, la campagne 2016 s’est soldée par des pertes de chiffre d’affaires de 500 €/ha. Chez 10 % de nos adhérents, les besoins sont aujourd’hui de 1 100 €/ha, déplore Stéphane Pelletier, directeur du centre de gestion Cecofiac, à Chambray-lès-Tours (Indre-et-Loire). Certains pourront refinancer l’exploitation et « purger » les dettes en quatre à...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
34%

Vous avez parcouru 34% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !