L’exploitation sociétaire apparaît la plus favorable en agriculture car les risques et les responsabilités y sont partagés. Le patrimoine privé de l’exploitant se distingue du professionnel, des membres non exploitants peuvent même entrer dans certains types de société. Toutefois, sa constitution est jugée complexe et oblige à se positionner notamment sur ce que chacun apporte (numéraire, cheptel, terres, bâ...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !