Ce n’est pas encore la ruée vers « l’Ore ». Introduite par la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité et des paysages, l’Ore n’a pas encore trouvé ses adeptes. « Sa principale faiblesse réside dans son manque d’attractivité fiscale, a estimé Jean-Pierre Gilles, notaire et membre de l’Inere (1), le 26 avril, lors d’un colloque organisé par...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
39%

Vous avez parcouru 39% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !